Endroit où se mêlent créativité et savoir-faire, l’atelier de joaillerie se présente aujourd’hui sous un autre aspect : un endroit du high-tech. Les joailliers modernes se tournent vers la nouvelle technologie pour parfaire leur métier. Ils s’équipent de moniteurs haute-définition, d’ordinateurs portables et surtout d’imprimantes 3D. C’est dans cette ambiance que les plus belles pièces prennent vie. Il faut reconnaître que dans une industrie très conservatrice et artisanale comme celle de la joaillerie, on a parfois du mal à trouver une place aux avancées de la technologie. Pourtant, ces nouveaux outils d’un nouveau genre, comme les imprimantes 3D participent pleinement à la création de nouvelles œuvres d’art en joaillerie. Un aperçu de l’emploi des imprimantes 3D dans la création joaillière.

L’utilisation de l’imprimante 3D en plein essor dans la création joaillière

Dans la joaillerie traditionnelle, la fabrication des pièces sur mesure se faisait à la main. Les maquettes sont dessinées puis réalisées avec de la cire. Ce sont ces maquettes qui sont ensuite produites par petits lots. Avec la transition numérique en cours, on assiste à la combinaison de nouveaux outils numériques aux procédés traditionnels. L’un de ces outils qui accompagnent les joailliers modernes est l’imprimante 3D pour bijouterie. Un tel outil présente des avantages non négligeables dans la création et la production de joaillerie et de bijoux. Cliquez ici, pour en savoir plus.

L’utilisation de la nouvelle technique d’impression 3D est une grande révolution dans le métier de bijoutier et de joaillier. L’imprimante 3D en joaillerie fabrique des bijoux réels à partir d’une modélisation en 3D. Dans ce cas, la cire à bijou est tirée d’un fichier conçu par CAO ou Conception Assistée par Ordinateur. C’est l’impression 3D qui se charge de produire la forme de la cire. Ce type de fabrication est ce qu’on appelle fabrication additive ou fabrication couche par couche. Au vu des avantages qu’elle offre, cette technique se développera encore dans le futur en suivant le rythme des progrès de la technologie.

L’imprimante 3D utilisée pour le prototypage et la conception de bijoux sur mesure

Avec l’avènement de l’impression 3D en joaillerie, les designers peuvent désormais réaliser eux-mêmes les prototypes de leurs propres collections. Ce qui leur permet de ne pas perdre du temps dans l’attente des prototypes traités en sous-traitance. Il faut savoir que ce processus de prototypage est important puisqu’il doit être fait avant d’entamer l’impression du modèle final et de réaliser le coulage. De plus, en cas de modifications, celles-ci sont réalisées avant le coulage final et n’occasionnent pas de grosses dépenses. Ainsi utiliser une imprimante 3D en joaillerie permet de réduire à la fois le coût et le temps de fabrication en réduisant le délai d’attente du prototypage.

D’autre part, l’utilisation de l’impression 3D permet également aux joailliers d’améliorer leur service auprès de leur client, en leur offrant de concevoir eux-mêmes leurs bijoux. En effet, grâce à ce type d’imprimante, la modélisation d’un bijou est rendue aisée. Les joailliers peuvent ainsi envoyer à leur client un modèle imprimé en 3D pour que ce dernier puisse exprimer son avis et signaler des modifications. Le client peut ainsi participer à chaque étape de la réalisation de son bijou.

L’imprimante 3D pour un coulage rapide et facile

Un des avantages qui poussent les joailliers à s’équiper d’une imprimante 3D pour bijouterie est l’augmentation de la capacité de coulage. En effet, la précision et l’augmentation des volumes d’impression sont possibles grâce à une imprimante 3D. Les joailliers peuvent ainsi concevoir et fabriquer des lots de bijoux en peu de temps et à moindre coût. Cette réduction des coûts et des délais de fabrication améliore de façon notable la production et est très profitable pour les artisans joailliers.

Puisque le coulage est aisé et rapide, les joailliers ont la possibilité de produire plusieurs versions d’un même bijou. Une production pouvant aller jusqu’à cinquante pièces en même temps. Cette production en série est largement facilitée par l’utilisation d’une imprimante 3D. D’autre part, l’utilisation de cette technique d’impression rend possibles la conception et la fabrication de bijoux de plus grandes tailles, comme les bracelets.

Il faut également noter que la technologie équipant les imprimantes 3D utilisées en joaillerie ne cesse d’évoluer. Cette évolution permet aux artisans dans ce domaine de se procurer des matériels à prix abordables, mais dotés de plus grande capacité. D’un autre côté, puisqu’on parle de technologie, on peut espérer que cette évolution ne cessera de croître, offrant des imprimantes de plus en plus performantes.

L’imprimante 3D pour une nouvelle expérience d’achat

L’imprimante 3D n’entre pas seulement en jeu dans la conception, le prototypage, le coulage et la fabrication de bijoux sur mesure, il contribue également à offrir aux clients une expérience incomparable en leur permettant de concevoir eux-mêmes leurs bijoux, mais également d’en choisir un par le toucher.

Grâce au prototypage exceptionnel obtenu par impression 3D, il est possible pour un client d’essayer le prototype d’un bijou avant son coulage final. Les mariés peuvent ainsi essayer leurs alliances pour s’assurer qu’elles sont bien ajustées à leurs doigts. Ce procédé évite aux clients d’être déçus par leur bijou puisqu’ils ont l’occasion de l’essayer et d’émettre des suggestions et des modifications avant la production de la pièce finale. Il faut noter que les prototypes sont fabriqués dans un métal résistant aux différentes manipulations que peuvent faire les clients. D’autre part, ces prototypes sont fins et les nombreux détails demandés par les clients y sont visibles.

Bref, l’utilisation de l’impression 3D pour créer le prototype d’un bijou permet aux clients d’une joaillerie d’avoir une expérience d’achat au toucher, une expérience agréable, tangible et interactive qui ne manquera pas de les ravir. Sans parler de leur expérience dans la conception en direct de leur bijou préféré.